Navigation | ULK, ou comment balader un drôle de camion entre deux continents.

ULK, ou comment balader un drôle de camion entre deux continents.

Vous aurez noté son physique atypique, d’aucun diront peu avantageux, mais pour le moins remarquable. ULK, notre « enfant » va nous abriter durant un an, et on l’en remercie gracieusement. Mais la question qui est actuellement sur toutes les lèvres des gens avec qui l’on discute de notre projet est la suivante :

« Mais comment allez-vous faire pour aller de l’Afrique en Amérique du Sud avec votre camion ? »

Ce à quoi nous répondons ceci : Par la mer, naturellement.
Voguer sur l’Atlantique Sud, le vent nous fouettant le visage, les embruns nous frisant les cheveux, la mer à perte de vue, la mer et encore la mer, tant et si bien qu’on a l’impression qu’aucun lopin de terre n’a subsisté après notre départ pour le nouveau continent… C’est beau.
C’est beau, mais finalement pas très réaliste. Car se pose alors à nous une foule de problèmes (sinon ça ne serait pas drôle) :

Problème 1 : ULK est grand. Trop grand pour certaines circonstances. En effet, il ne mesure pas loin de trois mètres de haut quand il se tient droit. Et trois mètres, c’est plus que la hauteur d’un container. Il ne peut donc pas voyager comme les autres. Faut toujours qu’il se fasse remarquer, celui-là.

Problème 2 : Un transport de l’Afrique à l’Amérique du Sud, ça coûte plus qu’un bras. Ca se compte en milliers d’euro. Alors ajoutez à cela notre présence en pension complète sur un cargo de transport de marchandises pendant des jours et des jours, on a déjà dépassé notre budget voyage.

Problème 3 : Si l’on ne veut pas passer par les réseaux de transport maritime habituels mais y aller au culot, c’est-à-dire passer deux mois à boire des coups avec les marins du port de Cape Town jusqu’à ce qu’un capitaine vienne boire une pinte et s’éprenne de nous, il faut du temps. Et rien n’est garanti. Sachant que le temps nous est compté… Ce serait un peu comme gagner à l’Euromillion. Et il ne s’agirait pas que le capitaine s’éprenne de trop non plus.

C’est alors que, blasé par tant d’embûches, Aurel me parle d’un site internet qu’il a découvert, qui se propose de mettre en relation des entreprises de transport de marchandises (maritime, ferroviaire, déménageurs, scooters avec top case, mules…) avec des particuliers qui ont un bien à déplacer d’un point A à un point B. Je m’explique : Votre mamie veut vous donner son piano qui a appartenu à sa grand-mère, mais elle habite dans le Sud, vous habitez Paris, et vous n’avez qu’une Twingo. Vous voulez ce piano plus que tout. Comment faire ? Payer une entreprise de transport de piano qui va vous faire régler le prix fort ? Louer un véhicule sur place et le rendre à l’autre bout de la France (vous savez comme ça coûte cher de ne pas rendre les voitures de location dans l’agence de départ ?!) en se tapant le déménagement tout seul ? uShip vous propose de passer une annonce qui sera valable deux mois. Vous entrez les spécificités de l’objet à transporter, le point A, le point B, et combien vous voulez mettre (soyez réalistes, tout de même. N’allez pas proposer un bisou). Une fois l’annonce en ligne, les entreprises de transport de marchandises partenaires consultent les annonces et se battent en revoyant leur prix à la baisse pour décrocher le contrat. Ensuite, c’est vous qui choisissez à qui vous allez confier votre piano. Eux sont contents car ils ont du travail, vous êtes contents parce que vous n’avez pas payé 3000€ pour remonter votre piano ancien de Draguignan.
C’est exactement pareil pour nous : Tout d’abord, il va nous falloir traverser la Méditerranée pour se rendre en Egypte. Problème (toujours. Actuellement notre vie n’est que problèmes) : Il n’existe pas de liaison ferry entre l’Europe et l’Egypte. Donc impossible de prendre une ligne régulière. Il nous faut donc nous rabattre sur le transport international, Fret etc. Nous avons mis une annonce en ligne avec nos attentes, notre profil, nous avons même dit qu’un peu de travail à bord ne nous faisait pas peur, et à présent des transporteurs du monde entier peuvent la visualiser et nous proposer une offre défiant toute concurrence (dû moins nous l’espérons).
En plus de ce service, ils sont sympas comme tout, ouverts d’esprit, et tout jeunes. Donc conseil de voyageur : Si vous voulez envoyer votre cheval brouter l’herbe verdoyante des hauts plateaux du Népal, pensez uShip !
Plus d’infos : http://www.uship.com/fr/

Filed by aureletclairevoyagent at septembre 21st, 2012 under Trucs, astuces et scoubidous

Archives

10 most commented

Latest 10 posts


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 99 articles | blog Gratuit | Abus?