Navigation | Parce que la vie est toujours belle, mais parfois, elle peut être un peu méchante!!

Parce que la vie est toujours belle, mais parfois, elle peut être un peu méchante!!

Samedi 9 mars 2013, 14h23, Pacitan, à l’ombre.

Il fait chaud, nous moulons tels des lézards sous les canisses en bambou et feuilles de palmier.

Un bruit sourd, chantant et régulier à ma gauche : Claire dort.

Tout à coup, notre quiétude amorphe est perturbée par un tût-tût !

Notre limousine privée ou presque (nous serons 5 en fait) est là.

Un nouveau conducteur frappé qui foncera, fera la course avec des motos dans des villages, qui refusera de s’arrêter quand la petite pépète devant nous régurgitera son midi, parce qu’il a un horaire à respecter.

En fait l’horaire sera un rendez-vous avec quelqu’un à Yogya, pour prendre livraison d’un sac de riz ou équivalent.

Et nous voici à Jogja.

La ville la plus sympathique de Java selon un avis quasi unanime et pas mal de promotion.

Une grande ville.

blog-yogya-grande-ville.jpg

Au programme, la visite du temple de Borobodur, de la plage, de la culture, du Nasi Magelanan, et tout un tas d’activités qui, vous allez le voir, valent le détour.

La première de toutes ces activités, est de prendre un douche, dîner et dormir. Puis le lendemain, dimanche, après vous avoir donné des nouvelles et bossé sur notre film  pour Schoeffel, nous rencontrons, comme de par hasard Léa.

Léa, initialement Léa de « Jeanne et Léa », mais maintenant « Léa toute seule parce que Jeanne à mal vécu d’être loin de son chéri » . Enfin Léa pas vraiment toute seule!

blog-rencontre-lea.jpg

Léa est, vous l’aurez peut-être compris une Schoeffel voyageuse que des péripéties on conduite avant l’heure en Indonésie, chez sa frangine Fanny qui vit là depuis plusieurs années, acoquinée avec un Indonésien, et leur deux parents (à Léa et Fanny).

Ce qui nous vaut de passer un moment très sympa, en parlant enfin français (oui parce qu’entre nous nous ne parlons que Swiss Deutsch), en dégustant des jus de fruits bios assortis à nos vêtements, tout en se faisant grignoter les arpions par des moustiques fourbes, parce qu’on est multi-tâches, comme les robots mutli-fonction de SEB (SEB : merci d’adresser le chèque à ma boite postale).

blog-yogya-lea.jpg

Pourquoi tant de détails ?

Ok une rencontre avec des français, la belle affaire !

D’abord parce que c’était vraiment sympa, et parce que je dois vous parler de Jogja,

Claire m’a missionné.

Et vous allez voir que ce n’est pas gagné.

Après cette chouette soirée, un petit épisode de Community et dodo.

Pour entrer dans le début de l’enfer auriculaire.

Car con comme le bon pain, voilà t’y pas que je me suis chopé une otite carabinée, qui me résonne dans la tête si je marche, et m’emplit l’hémisphère cérébral droit d’une douleur qui pourrait s’apparenter à un accouchement sans péridurale, pour ceux qui comme moi l’ont vécu.

Bité le gars Aurel, c’est pas aujourd’hui que Yogya s’offrira à toi.

A part l’abri d’en face de notre Homestay où des Indonésiens jouent au échecs, regardent la télé,

blog-abri.jpg

Et où Claire se marre trop d’attendre que son bel époux guérisse.

blog-claire-robot.jpg

En tout cas pas grand chose d’autre que l’hôpital  International où un femme-médecin-voilée m’auscultera et me prescrira des gouttes et des comprimés pour que ça aille mieux.

On est Lundi, en général en deux jour on peut revivre, Jogjakarta tu ne perds rien pour attendre !

Sauf que non, bizarrement, malgré tous ces bons soins, Claire qui me lit des histoires en chuchotant dans mon oreille vaillante, le mal empire, et mercredi, juste avant de devenir fou, nous décidons d’aller faire un contre-diagnostic.

Et bien nous en prit car le vieux médecin-chef-professeur-diplômé-ORL, nous dira en se marrant que l’autre médecin est une connasse, et qu’il ne faut pas mettre de gouttes.

Bref il me soignera, un peu, juste de quoi nous laisser le temps de parcourir Yogja avant de partir pour Surabaya le jeudi soir, et de s’apercevoir d’une partie de ce que l’on a raté à cause de ma terrible nullité en résistance aux otites infectieuses externes (heureusement externe car sinon l’avion partait sans nous).

blog-yogya-tongues.jpg

Vous voyez Jogya, il faudra y retourner.

blog-yogya-enfant.jpg

Et en attendant, partons retrouver ceux que Claire appelle nos « Bébés », à Tarakan.

Un bus de nuit de Jogjakarta à Surabaya, une attente de neuf heures dans le terminal de l’aéroport (sieste par terre dans l’endroit dédié (parce que sinon on se fait virer, avec amabilité mais virer quand même des bancs), Donuts, burger, lecture, discussion avec Andreas qui est chercheur sur l’étude des sols pour une boite de pétrole et challenge geeks d’Angry Birds), pour retrouver ce lieux, certes associé à des moments pas tip-top, mais quand-même classe qu’est Tarakan !

Tarakan nous revoiloù…

Filed by aureletclairevoyagent at mars 19th, 2013 under Indonésie, Là c'est du concret, la route

Archives

10 most commented

Latest 10 posts


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 99 articles | blog Gratuit | Abus?